L’appareil digestif est composé de plusieurs organes qui ont chacun une fonction unique lors de la digestion. Les aliments sont mâchés dans la bouche puis passent par l’œsophage pour arriver dans l’estomac dans lequel ils sont broyés. Les substances nécessaires à la croissance et à la survie de l’organisme sont absorbées au niveau de l’intestin grêle. Le reste continue son chemin dans l’appareil digestif pour être desséché dans le colon puis éliminé sous forme de matière fécale.

Le lactose est un sucre présent en grande quantité dans le lait (45g par litre de lait de vache) et ses dérivés comme le beurre, la crème fraîche ou le fromage... Il fait partie des substances nécessaires à l’organisme mais sa grande taille l’empêche d’être absorbé tel quel. Il devra d’abord être coupé en 2 sucres plus petits - le galactose et le glucose - par l'action de la lactase,une enzyme digestive localisée dans l'intestin grêle. 

structure lactoseb

Les personnes intolérantes au lactose ont une quantité de lactase réduite voire nulle. Avec une alimentation normale en produits laitiers, elle n’est donc pas en quantité suffisante pour transformer tout le lactose ingéré. Le reste ne peut pas être absorbé et continue son chemin jusqu'au colon dans lequel il est fermenté par la flore bactérienne qui le tapisse. Cela résulte en la production de gaz à l'origine de ballonnements et de crampes abdominales pouvant être associés à de la diarrhée et/ou des nausées. La gravité de ces symptômes varie, d’une personne à l’autre, en fonction du degré d’intolérance au lactose, c'est-à-dire de la quantité de lactase présente.


L'intolérance au lactose concerne 5 millions de français avec une répartition inégale car elle touche 20% de la population dans le nord de la France contre 50% dans le sud.

La raison pour laquelle certaines personnes deviennent intolérantes au lactose n’est pas claire. On sait que la lactase est présente dès la naissance pour permettre au nourrisson d’assimiler la grande quantité de lactose apporté par le lait maternel (70g par litre). Cependant, sa production est sensée diminuer avec l’âge et il serait donc normal d’être intolérant au lactose après 40 ans. Une hypothèse est qu’une mutation génétique permettrait à une partie de la population de continuer à digérer le lactose à l’âge adulte.